Quand les artistes peignaient l'histoire de France

Éditeur: Le Seuil
ISBN: 9782021043747
€30,00
Envoyez à
*
*
Méthode d'expédition
Nom
Délai de livraison estimé
Prix
Aucune option d'expédition
Nombre de Pages 144
Auteurs Béatrice Fontanel, Daniel Wolfromm
Collections Histoire
Collections Beaux Livres
Tranche d'Age Adultes

Auteur et iconographe, Béatrice Fontanel a écrit une centaine d’ouvrages, parmi lesquels L’Eternel féminin, une histoire du corps intime et Nos maisons. Journaliste et grand reporter, Daniel Wolfromm est l’auteur, entre autres, de 1914-1918, Nous étions des Hommes et Grèves.

C’est du plaisir de l’histoire vue comme un théâtre d’ombres qu’est venue l’idée de ce livre, « une envie presque enfantine de composer un album, riche d’une imagerie populaire, souvent mélodramatique, parfois grand-guignolesque, propre à frapper l’imagination des lecteurs de tous âges, en puisant dans le meilleur de la peinture pompier ou romantique. » De la reddition de Vercingétorix à l’armistice de 1918 en passant par la bataille de Bouvines, l’assassinat du duc de Guise, la Fronde, la retraite de Russie, les Trois Glorieuses et la Semaine sanglante, les peintres du XIXe siècle (parmi lesquels Boulanger, Delacroix, Gérard, Gérôme, Gros, Luce, Scheffer, Vernet…) ont reconstitué, avec un souci permanent du détail, les grands événements de l’histoire hexagonale. « L’aspect édifiant de ces tableaux officiels, présentés dans les Salons reconnus de l’époque, est facilement déchiffrable. Les erreurs, imperfections ou anachronismes peuvent être repérés à la lumière de l’historiographie contemporaine. Mais le fond demeure. » A noter que d’éminents historiens ont aidé les auteurs à décrypter ce passionnant matériau iconographique : Maurice Agulhon (XIXe siècle), Didier Busson (sainte Geneviève et Attila), Denis Crouzet (Renaissance et XVIe siècle), Christian Goudineau (Vercingétorix), Danielle Haase-Dubosc (XVIIe siècle), Jacques Le Goff (Moyen Age), Guy Lobrichon (bas Moyen Age), Antoine Prost (guerre de 1914-1918), Pierre Riché (haut Moyen Age) et Michel Vovelle (période révolutionnaire).

 

 

C’est tout un peuple de grands personnages et d’humbles anonymes qui s’avancent dans ces pages, sur la grande scène de l’Histoire de France, en bon ordre. Le baptême de Clovis, les invasions vikings, l’aventure de la croisade, la guerre de Cent ans, la victoire de Marignan (1515 !), le massacre de la Saint Barthélemy, l’assassinat d’ Henri IV, le siège de La Rochelle, la convocation des États généraux en 1789, la retraite de Russie, la révolution de 1830, la Commune… Sur leurs toiles parfois immenses, (en argot du métier : les « tartines »), les peintres du XIXe siècle ont su reconstituer, avec un sens du détail étourdissant, ces grands événements historiques, qui sont autant de repères dans la mémoire collective. Ces œuvres édifiantes dont beaucoup furent des commandes de l’État, — la fameuse galerie des batailles du château de Versailles en est un exemple—, étaient destinées à enseigner au public l’histoire de France, en ne montrant — il est vrai — que les heures glorieuses de la nation.

Mais ces artistes, s’ils étaient d’abord de brillants techniciens (excellant à rendre les croupes des chevaux, les reflets des armures, le velours des tentures, ou les cols de dentelles des princes frondeurs), ils avaient aussi le goût des hommes, de leur grandeur et de leurs élans absurdes. Explosions, coup de canons, abandon, harangue, sens du sacrifice, orages inopinés qui font s’enliser l’artillerie, intrigues, coup de majesté ou coup d’état : avec ces maîtres, pourtant si académiques, l’histoire sent le salpêtre et un peu la sueur des foules ; elle bruit du galop des cavaleries ou du murmure des complots. On aurait presque le sentiment de voir l’Histoire de France elle-même, se cabrer, se cambrer sous nos yeux. En somme, elle s’incarne. Elle est un grand corps, une de ces statues martiales et robustes que l’on reconnaît sans la connaître. Horace Vernet, Jean-Paul Laurens, Paul Delaroche et d’autres, nous permettent de revisiter l’histoire de France, ensemble … pour le plaisir.

De grands historiens, des chercheurs — Maurice Agulhon, Didier Busson, Denis Crouzet, Jacques Le Goff, Christian Goudineau, Danielle Haase-Dubosc, Guy Lobrichon, Antoine Prost, Pierre Riché et Michel Vovelle — ont bien voulu se pencher sur ces œuvres pour nous aider à les décrypter.

 

 

Nom d'attribut Valeur d'attribut
Nombre de Pages 144
Auteurs Béatrice Fontanel, Daniel Wolfromm
Collections Histoire
Collections Beaux Livres
Tranche d'Age Adultes